Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

25emplois créés au lieu des 1000 promis par General Electric

6 février 2019 | Mise à jour le 6 février 2019
Par | Journaliste

En 2015, Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, autorisait la vente de la branche énergie d'Alstom, un des fleurons industriels français, à l'américain GE.

L'opération a lieu dans le contexte de poursuites pour corruption engagées par la justice états-unienne contre des dirigeants d'Alstom. Au-delà du pillage technologique pour le pays, les 1000 emplois promis à la France n'ont pas vu le jour. GE annonce qu'il payera la pénalité de 50 millions due à l'État français pour non-respect de ses engagements. Une goutte d'eau pour cette multinationale.

Mobilisation contre un plan social incompréhensible à GE Hydro Grenoble

Les engagements qui ont été pris devant l'État, c'est impensable qu'ils ne soient pas respectés

Alstom au risque 
du démantèlement