Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
Votre identifiant correspond à l'email que vous avez renseigné lors de l'abonnement. Vous avez besoin d'aide ? Contactez-nous au 01.49.88.68.50 ou par email en cliquant ici.
HAUT

92 %des Français pour l'augmentation du Smic

23 avril 2019 | Mise à jour le 23 avril 2019
Par | Rédactrice en chef de la NVO

Quelques autres indicateurs sociaux…
– 8 Français sur 10 estiment que les inégalités ont plutôt augmenté et vont continuer à augmenter.

– 58 % des ouvriers et 55 % des retraités sont pessimistes quand ils pensent à leur avenir (augmentation de plus de 10 points par rapport à 2017).

– 62 % des Français estiment que le système de sécurité sociale fournit un niveau de protection suffisant (en recul de 11 points par rapport à 2017).

– 88 % des Français s'opposent à la baisse des retraites, 86 % à celle des aides aux handicapés ou aux personnes âgées dépendantes et 78 % à celle des allocations logement. Des proportions qui ont augmenté de 5 à 7 points en un an.

– 1 Français favorable à une augmentation du RSA sur 5 se déclare prêt à voir ses impôts augmenter pour financer une telle hausse, soit deux fois moins qu'en 2017.

– Le revenu des personnes influe sur la qualité des soins pour 6 Français sur 10 (+5 points par rapport à 2017) et sur l'accès aux soins pour 3 Français sur 10 (+10 points).

La Direction de la recherche, des études et de la statistique (Dress) prend régulièrement la température de l'opinion publique. Dans sa dernière étude, réalisée entre le 15 octobre et le 1er décembre, elle dresse un état des lieux du moral de la population française.

Pour la première fois « la perception qu'ont les Français (entendu au sens de personne résidant en France quelque soit leur nationalité, NDLR) de leur propre situation se dégrade. Fin 2018, 48 % des Français se disent pessimistes pour leur propre avenir, ils étaient 41 % fin 2017. Le niveau de pessimisme a particulièrement augmenté parmi les ouvriers (+13 points) et les retraités (+12 points) tandis qu'il n'a guère varié chez les cadres supérieurs et professions libérales. En tête des préoccupations majeures des Français, on retrouve le niveau de salaire et le pouvoir d'achat, l'avenir du système de retraite, la pauvreté et le chômage ainsi que l'environnement. »

Les Français hyper sensibles aux inégalités de revenus

Pour la première fois, note la Dress, les inégalités de revenus sont jugées les moins acceptables (+7 points en un an) devant les inégalités d'accès aux soins et celles liées à l'origine ethnique. « Autre signe de la sensibilité aux inégalités de revenus : la moitié des Français pensent que les ouvriers non qualifiés devraient gagner 25 % de plus et les PDG des grandes entreprises françaises 40 % de moins ».

Nul doute que la période de l'enquête en pleine colère des gilets jaunes a contribué à de tels résultats. Ils sont néanmoins révélateurs d'un malaise très profond de la société française qui devient de plus en plus inégalitaire. Les services publics jouaient jusqu'à présent un rôle de garde-fou et protégeait la cohésion sociale. Leur démantèlement, acté par des politiques ultra libérales, précipite ce sentiment de malaise social collectif.

Toujours selon cette étude, les Français s'opposent en 2018 encore plus fortement qu'en 2017, à une baisse des prestations sociales, et ce, même en échange d'une baisse de leurs impôts ou cotisations, ainsi qu'à la restriction de leur accès aux seuls cotisants.

Une prise de position qui va à l'encontre de tous les arguments présidentiels. Ainsi, 74 % des Français sont contre une baisse des allocations familiales (+4 points depuis 2017), 78 % contre une baisse des allocations logement (+7 points), 86 % contre une baisse des aides aux personnes handicapées (+5 points) et 88 % contre une baisse des retraites (+6 points). Ou comment Jupiter devrait redescendre sur terre…