Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
L’accès aux articles est réservé aux abonnés. Merci d’indiquer votre adresse mail et votre mot de passe pour vous connecter. Vous pouvez obtenir votre mot de passe en cliquant ici.
HAUT
CINÉMA

Le fils du père

7 août 2018 | Mise à jour le 13 juillet 2018
Par | Photo(s) : Nuri Bilge Ceylan Film
Le fils du père

L'erreur majeure serait de se laisser décourager par les trois heures huit minutes du film – l'équivalent de trois épisodes d'une série lambda.

Si l'on connaît le caractère contemplatif du cinéma de Nuri Bilge Ceylan, dont le précédent opus, Winter sleep, avait reçu la Palme d'or à Cannes en 2014, on connaît aussi sa propension à étirer ou comprimer le temps – une heure, trois heures, cinq heures, finalement, c'est pareil –, à écrire des dialogues à l'infini pour mieux disserter sur l'art, la création, la religion, l'amour au beau milieu des affaires courantes et quotidiennes de la famille, du village, de la société. Au beau milieu d'un écrin somptueux, [...]

Accédez à l’article gratuitement

Nous vous offrons 5 articles pour découvrir notre site et son contenu.

Vous n'avez plus de consultation gratuite


Je me connecte

Je m'abonne