Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
L’accès aux articles est réservé aux abonnés. Merci d’indiquer votre adresse mail et votre mot de passe pour vous connecter. Vous pouvez obtenir votre mot de passe en cliquant ici.
HAUT
Finances publiques

Prélèvement à la source : les syndicats du fisc demandent l'extension de la prime exceptionnelle à tous les agents

17 janvier 2019 | Mise à jour le 17 janvier 2019
Par et
Les syndicats Solidaires, CGT, FO, CFDT et CFTC des finances publiques ont demandé mercredi 16 janvier que la prime exceptionnelle annoncée par le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin pour une partie des agents des impôts soit « accordée à tous » et appelé les fonctionnaires à réfléchir à des actions.

Gérald Darmanin a annoncé récemment l’attribution d’une prime exceptionnelle de 200 euros net en février à 40.000 agents de la DGFIP travaillant à la mise en œuvre du prélèvement à la source. Une mesure qui n’a pas tardé à faire réagir les syndicats des Finances publiques. « C’est l’ensemble des personnels de la DGFiP qui doit être reconnu » , affirment les syndicats. Il serait « inconcevable que les agent(e)s de la DGFIP (direction générale des finances publiques, ndlr) ne se manifestent pas pour réclamer leur dû et défendre leur avenir professionnel« . Les organisations dénoncent dans leur appel commun des possibilités de promotion « en constante diminution tandis que les règles et garanties de gestion sont attaquées comme jamais. La coupe est pleine et la période tendue de mise en œuvre effective du prélèvement à la source couplée à la perspective d’une campagne déclarative des plus ardues doit être saisie pour faire entendre et aboutir les revendications légitimes des personnels » . Les syndicats réclament une revalorisation de « 200 euros brut par mois » des indemnités versées aux agents. En jeu aussi, « l’avenir » des missions et des implantations de la DGFIP, soulignent les syndicats, qui demandent « l’ouverture d’une véritable négociation » sur ce sujet et « l’arrêt des suppressions d'emplois » .