Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
L’accès aux articles est réservé aux abonnés. Merci d’indiquer votre adresse mail et votre mot de passe pour vous connecter. Vous pouvez obtenir votre mot de passe en cliquant ici.
HAUT
PÉNITENTIAIRE

Prisons : mobilisation de surveillants devant une douzaine d'établissements

12 février 2019 | Mise à jour le 12 février 2019
Par
Des rassemblements ont eu lieu mardi matin devant une douzaine d'établissements pénitentiaires en France à l'appel de syndicats de surveillants qui réclament une évolution statutaire, a-t-on appris de sources concordantes.

« Il y a eu des rassemblements devant une douzaine d'établissements (sur 188) ce matin. Nous n'avons constaté aucun impact sur le fonctionnement des établissements » a indiqué à l'AFP la Direction de l'administration pénitentiaire (DAP).

À l'initiative des syndicats FO, CGT et CFTC qui avaient appelé à un « mardi noir », une centaine de manifestants ont bloqué la maison d'arrêt de Villepinte (Seine–Saint-Denis) pendant près de cinq heures, avant d'être délogés par les CRS, selon le délégué FO Erwan Saoudi.

« Les extractions de détenus n'ont pas pu se faire et une reconstitution a été annulée », a-t-il affirmé à l'AFP, promettant d'autres actions les mardis suivants.

Outre une hausse des indemnités, les syndicats réclament une meilleure reconnaissance du métier avec un passage des surveillants de la catégorie C de la fonction publique à la catégorie B, et un passage à la catégorie A pour les officiers.

Une évolution statutaire refusée par la garde des Sceaux Nicole Belloubet, car elle « aurait pour effet d'interdire le recrutement de personnes n'ayant pas le baccalauréat », le passage en catégorie B impliquant l'obligation de recruter au niveau bac.

Devant la prison de Luynes (Bouches-du-Rhône), une cinquantaine de personnels pénitentiaires ont bloqué de 06H00 à 08H00 les deux entrées de l'établissement, selon Ézechiel Perrier, secrétaire régional adjoint CGT-pénitentiaire.

« Toutes primes confondues, le salaire de départ est de 1 420 euros. Personne ne veut venir prendre des coups, essuyer des insultes à ce prix-là », a estimé le représentant syndical.

En Haute-Corse, une vingtaine de gardiens se sont rassemblés devant la prison de Borgo, sans empêcher les extractions. L'intersyndicale CGT-FO estimait que la ministre de la Justice n'avait pas tenu ses promesses à la suite de l'agression de deux gardiens dans l'établissement il y a un an.

Si des trappes pour faire le menottage ont été installées et des effectifs ajoutés, les gilets de protection demandés n'ont pas été fournis, a dénoncé Stéphane Canuti (FO) au micro de France Bleu Corse.

Ces actions interviennent un an après un mouvement de protestation sans précédent depuis un quart de siècle, qui avait paralysé les prisons françaises pendant près de trois semaines.

Le conflit avait pris fin après la signature par l'Ufap-Unsa, alors principal syndicat de surveillants de prison, d'un accord avec la Chancellerie. Le rapport de force a changé depuis : FO est devenu le premier syndicat, avec 35 %, suivi de l'Ufap-Unsa (33 %) et de la CGT (13,5 %).