Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
L’accès aux articles est réservé aux abonnés. Merci d’indiquer votre adresse mail et votre mot de passe pour vous connecter. Vous pouvez obtenir votre mot de passe en cliquant ici.
HAUT
FORUM SOCIAL 2018

Le Forum Social 2018 bat son plein

15 septembre 2018 | Mise à jour le 17 septembre 2018
Par | Photo(s) : T. Markoff
Le Forum Social 2018 bat son plein

Débats, plateau multimédia… Au Forum Social de la fête de L'Humanité, les équipes de La Nouvelle Vie ouvrière et de la CGT Ensemble ! sont toujours sur le pont ce samedi.

Ce samedi 15 septembre, « la fête » (comme la nomment les habitués) bat son plein entre concerts et débats, culture et politique, sur fond de luttes sociales. Le « Forum Social » est au diapason : à partir de 10 h 45, quatre débats précèderont celui prévu, entre 18 h et 20 h, avec Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. C'est Patrick Appel-Muller, directeur de la rédaction de L'Humanité qui l'animera, après quoi le Café des luttes propose de finir la journée par une « soirée fraternelle en musique », les groupes Mich'to, Les Szgaboonistes et Tocacakeavant étant chargés de mettre l'ambiance. Cela, jusqu'à 0 h 30, heure de fermeture des portes… en attendant le lendemain matin, dimanche, troisième et dernier jour de La Fête de L'Humanité 2018.

En attendant, l'équipe de La Nouvelle Vie ouvrière (NVO) est toujours sur le pont : diffusion de son magazine, de ses publications juridiques (Revue pratique de droit socialRPDS, guides juridiques), des agendas de la CGT, etc. Outre la tenue du plateau multimédia avec les journalistes de La CGT Ensemble !, les journalistes de La NVO animent les débats du Forum Social en alternance avec ceux de L'Humanité.

Dès 10 h 45, le premier débat, organisé par la CGT Intérim et la fédération CGT du Spectacle, porte sur « Précarité mondiale généralisée ou sécurité sociale professionnelle ? » et est animé par Isabelle Avran, journaliste à la NVO. Débattent : Bernard Thibault, représentant des travailleurs au conseil d'administration du Bureau international du travail (BIT) ; Dearbhal Murphy, secrétaire général adjointe de la fédération internationale des acteurs en charge du dialogue social européen dans le spectacle vivant et l'audiovisuel ; Mathieu Grégoire, sociologue à l'université de Paris Nanterre ; Laetitia Gomez, secrétaire à la formation syndicale de la CGT Intérim ; Corinne Versigny, secrétaire de l'Union départementale CGT 33 ; Denis Gravouil, secrétaire général de la fédération CGT du spectacle.

À 13 h 15, commence le débat « Face à la métropolisation, la mobilité doit être un droit » organisé par l'Union CGT RATP avec la participation de Catherine Guillouard, présidente de la RATP ; Jacques Baudrier, élu PCF au syndicat des transports d'Ile-de-France et Bertrand Hammache, secrétaire général de l'Union CGT RATP. Animation assurée par Gérald Rossi, journaliste à L'Humanité.

Le troisième débat portant sur « Transition énergétique : l'avenir des centrales thermiques et des zones portuaires » débute à 15 h. Il est organisé par la fédération nationale des mines et de l'énergie CGT et la fédération CGT des ports et docks avec pour intervenants Loïc Delpech, dirigeant de la fédération CGT des mines et de l'énergie et Serge Coutours, secrétaire général adjoint à la fédération CGT des ports et docks. La NVO anime ce débat.

Enfin le dernier débat (qui précède celui avec Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT à 18 h, lire plus haut) s'intéresse à « SNCF : réappropriation du service public ferroviaire par les salariés et les usagers » et est animé par Marion d'Allard, journaliste à L'Humanité. Il est organisé par la Fédération CGT des cheminots avec la participation de Laurent Brun, son secrétaire général ; Éliane Assassi, sénatrice de la Seine–Saint-Denis et présidente du groupe CRCE au Sénat ; Roger Dillenseger, président de l'Unsa ferroviaire ; Benjamin Raigneau, DRH de la SNCF et Bruno Gazeau, président de la FNAUT.

Au Café des luttes, on notera la présence des Jeannettes 1850, des Scop'ti, des Glaces la Belle Aude ainsi que celle des Chocolats de Dijon. Ils vous régaleront de leurs produits (madeleines, tisanes et thés, etc.) que vous pourrez acheter en soutien à leurs luttes pour pérenniser, voire sauver, leur activité et leurs entreprises. Des luttes gagnantes ou à gagner.