Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
L’accès aux articles est réservé aux abonnés. Merci d’indiquer votre adresse mail et votre mot de passe pour vous connecter. Vous pouvez obtenir votre mot de passe en cliquant ici.
HAUT

Le pays se tiendrait autrement […] s’il ne se plaignait pas ”

Emmanuel Macron - Président de la République
5 octobre 2018 | Mise à jour le 5 octobre 2018
Par | Rédacteur
Emmanuel Macron aime bien livrer ses analyses personnelles sur le pays, sur ses concitoyens. Que ce soit avec la Reine du Danemark, à la télévision ou dans un bain de foule, la philosophie macroniste est régulièrement essaimée dans ses prises de parole. Les retraités n'y échappent pas.

C’était hier, sur les terres gaullistes de Colombey-les-Deux-Églises où il se rendait dans le cadre du prochain anniversaire de la Constitution de la Ve République, que le président de la République a confié ce que le petit-fils de Charles de Gaulle lui avait dit. En répondant à des retraités mécontents qui l’apostrophaient, le locataire de l'Élysée a tenu à leur dire que le pays se tiendrait autrement s’il ne se plaignait pas.

Interpelé par plusieurs personnes âgées, le président rentre dans un échange condescendant et refuse de concéder aux retraités que leurs pensions ont baissé :

Si l'on peut considérer ce dialogue comme évocateur de la considération de l’exécutif envers les retraités (ils ont remis hier une pétition à l‘Assemblée nationale et seront le 9 et le 18 octobre dans la rue pour dénoncer les attaques contre leur niveau de vie). on peut toutefois être d'accord avec Emmanuel Macron. En effet le pays se tiendrait mieux, moins par l'absence de plainte des salariés, des retraités, des étudiants, des privés d'emplois, etc. que par l'action politique des gouvernants pour lutter contre la pauvreté, la précarité, le renoncement aux soins, le manque de place dans les écoles et les universités, le gel des pensions, la baisse du pouvoir d’achat, la baisse des budgets, les privatisations… En France, aujourd’hui, avec notre chance immense, il y a :

En 2017, le PIB de la France s’élevait à 2 291,7 milliards d'euros. Environ 47 milliards d'euros de dividende ont été versés en 2018 par les sociétés françaises.

Les retraités en colère portent une pétition à l’Assemblée nationale