Se connecter à son compte :
?
Où trouver mes identifiants ? J'ai oublié mon mot de passe
Récupérer son mot de passe :
Je me connecte
cgt.fr
À venir
L’accès aux articles est réservé aux abonnés. Merci d’indiquer votre adresse mail et votre mot de passe pour vous connecter. Vous pouvez obtenir votre mot de passe en cliquant ici.
HAUT

On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas ”

Emmanuel Macron - Président de la République
13 juin 2018 | Mise à jour le 13 juin 2018
Par | Rédacteur
Le président Macron continue ses coups de com'. Dans une vidéo mise en ligne par la directrice de sa communication sur Twitter, il balance une de ses petites phrases de mépris dont il a le secret.

En pleine préparation de son discours pour le congrès de la mutualité française, si l’on en croit la vidéo publiée, Emmanuel Macron, « Toujours exigeant » selon les dires de sa directrice, précise « le brief » du discours qu’il va prononcer.

Et quel brief ! Voilà, in extenso, ce qu’il dit : « Je vais faire un constat qui est de dire : on met trop de pognon, on déresponsabilise et on est dans le curatif. Toute notre politique sociale, c'est qu'on doit mieux prévenir – ça nous coûtera moins, ensemble – et mieux responsabiliser tous les acteurs »« Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s'en sortir. Par l'éducation… »

Le président du nouveau monde garde les mêmes vieilles antiennes des libéraux et des réactionnaires. Les pauvres coutent cher alors qu’ils restent pauvres et en plus de ça les aides sont déresponsabilisantes. Mot-valise très utile pour justifier les baisses des aides sociales et tenter de passer pour un grand frère qui va aider à rendre matures des citoyennes et citoyens incapables de se prendre en main eux-mêmes.

Quelles que soient les annonces du chef de l'État ou de son premier ministre, une chose est sûre, il ne faudra pas s’attendre à un relèvement des minima sociaux au dessus du seuil de pauvreté. On pourrait croire que l’exécutif n’arrive à pas à se responsabiliser sur cette question.